Contacts

© D.R.

Gaël Desbois


Né à Malestroit dans le Morbihan en 1970, il commence à prendre des cours de batterie à l’âge de douze ans. Deux ans plus tard il intègre son premier groupe alors qu’il est encore au collège. L’instrument ne le lâche plus et inversement. Batteur il l’a été pour Miossec, Dominic Sonic, Laetitia Shériff, Santa Cruz.... Parallèlement il a fondé deux groupes : Mobiil, en 2001 avec Olivier Mellano (avec qui il a cosigné les musiques), et Del Cielo avec la chanteuse Liz Bastard en 2006 (composition et enregistrement). Depuis 2011, il travaille avec la chanteuse Julie Seiller.

Depuis 2005, il apporte sa collaboration musicale à diverses compagnies de théâtre et de danse : Théâtre à l’envers, Sandrine Roche, Maud Le Pladec, Théâtre de Chambre, Nadia Xerri-L , Benoît Hattet, Compagnie Indiscipline, Hervé Koubi, L’Insolite Compagnie, L’âge de la tortue...

Il a aussi réalisé et enregistré des musiques pour des films courts et des documentaires.

Depuis 2011, il collabore avec Nathalie Burel sur le projet Megabel, une écriture sonore singulière issue de rencontres avec des individus, populations et de communautés diverses. Il travaille également avec la chanteuse Julie Seiller au sein de Josef.

Mes sons
Jubilee Street de Nick Cave. Je l’ai vu pour la deuxième fois en concert en 2014. Un charisme incroyable sur scène. Un artiste avec lequel j’adorerais jouer de la batterie, juste le temps d’un morceau...
Astral Weeks de Van Morrison. Il fait partie de ces albums qu’on écoute en boucle. Sans doute parce que ça fait du bien.
Shakara de Fela Kuti, le créateur de l’afro-beat. Le rythme est omni-présent. Une redoutable machine à danser. Et aussi un remède efficace contre les coups de blues.

Mes textes
Laurent Mauvignier, Ce que j’appelle oubli. Un texte court inspiré d’un fait divers, écrit en une seule phrase... Ça file comme le saphir sur le microsillon. Comment tout peut basculer dans l’horreur pour le simple vol d’une canette de bière dans un supermarché.
Jean Echenoz, Courir. Une histoire romancée sur le coureur Emil Zatopek. Du rythme, des victoires, même si la course du tchèque n’était pas académique.
Bigger than life de Nathalie Burel. Notamment sa nouvelle intitulée Nettoyage de printemps : un concours de circonstances, de mauvais tempos, et des vies gâchées. Très touchant.

Mes images
La série intitulée Cayeux sur mer du photographe Elie Jorand. J’ai chez moi deux grands tirages. Un véritable plaisir pour les yeux tous les matins.
Modigliani. J’aime beaucoup ses portraits, notamment Portrait of a girl, vu à la Tate Modern.
Un souvenir, ma vieille Mercedes 240 D bleu marine. J’adorais la conduire, mais sûrement pas pour la vitesse car c’était plutôt un gros tracteur. Et le son du moteur, une véritable musique.


© L'Autre Idée 2017
L'autre Idée
9/11 rue de Dinan – 35 000 RENNES
02 99 53 11 70 / 06 68 63 99 72

Nous accompagnons les artistes et les associations culturelles dans leur développement.
Nous menons en France et dans le monde, des aventures créatives.