Contacts

© D.R.

Marie Saur


Est née à Rennes en 1978 et habite à Montréal au Québec. Après avoir obtenu un DEA litté­ra­ture, langue et commu­ni­ca­tion, elle devient d’abord professeur de lettres, mais décide rapidement de ne se consacrer qu’à l’écriture. Entre 2005 et 2007 elle travaille dans l’édi­tion puis co-fonde la revue d’écri­tures Du Nerf avec Régis Guigand. Elle scéna­rise la série Jérôme d’Al­pha­graph avec Nylso depuis Jérôme et le lièvre, paru en 2005, et signe égale­ment avec lui le scéna­rio de My Road movie (éditions Sarba­cane, 2009). Elle est égale­ment correc­trice et écrit sous son nom des textes brefs pour diverses revues.

Quand on lui demande comment elle en est venue à écrire, elle répond « sans doute parce que je ne savais pas quoi faire d’autre ! Mais beaucoup plus sûrement grâce à Nylso qui m’a invitée à écrire avec lui autour d’un personnage de bande dessinée qu’il avait créé Jérôme d’Alphagraph ». Un travail en collaboration qui lui a donné confiance en elle. « Dix ans plus tard, je commence à peine à me dire que je devrais tenter des trucs en solo ».
En ce moment elle travaille sur des projets jeunesse. « Nylso souhaitait travailler depuis longtemps sur des livres pour enfants mais je ne m’en sentais pas du tout capable. Et puis, « sous la pression » des éditions Milan, nous avons publié une petite histoire dans un de leur magazine pour jeunes lecteurs. J’y ai pris goût ».

Mes textes
« Comme je ne suis pas très douée pour ce genre de questions, je vais répondre d’abord par deux fabuleux classiques de la littérature du Québec où je vis depuis deux ans : Hubert Aquin Prochain épisode et Jacques Ferron Les confitures de coing. »
« J’ajouterai enfin La Femme gelée d’Annie Ernaux qui raconte comment la société organise le contrôle des femmes, la bourgeoisie étant la pire à ce niveau. »

Mes images
« Toujours au Québec : le moyen métrage documentaire Rouli-roulant réalisé par Claude Jutra en 1966, sur (et surtout contre) l’interdiction de faire du skate-board (du « rouli-roulant ») dans les villes d’Amérique du Nord. »
« Les toiles abstraites du peintre Borduas. »
« Et, si je devais choisir parmi tous les dessins de Nylso... Il y a les deux dernières pages du cinquième chapitre de Jérôme et la ville. Ce sont deux grands dessins dont l’un représente la lune de manière quasiment abstraite et l’autre un décor nocturne avec les deux personnages endormis en bas à droite. Les grandes pages de dessin sont toujours un peu compliquées parce que ça demande à Nylso un état d’esprit très différent de l’artisanat de la BD. il faut être vraiment du côté du dessin et de la poésie. Et quand on n’a pas trop le temps, qu’on doit avancer, les pages de ce type qui ne racontent pas précisément quelque chose peuvent sembler secondaires. Sauf qu’elles sont essentielles ! (Et j’insiste lourdement et jusqu’au bout pour que Nylso les dessine avec sa meilleure inspiration). »

Mes sons
« Dans les dernières découvertes, je pourrais citer d’abord Absolutely Free, un groupe de deux musiciens de Toronto. »
« Sinon, il y a la pop québécoise que je découvre en ce moment, qui réussit à la fois à avoir le bon son de la musique anglo-saxonne avec des paroles en français ! Par exemple, la chanson Nos corps de Jimmy Hunt. »
« Et puis (on change de continent) l’album Lital de Aby Ngana Diop qu’a ressorti à l’automne 2014 le label Awesome Tapes From Africa (l’enregistrement date des années 90). »

Une interview de Marie par ici.


© L'Autre Idée 2017
L'autre Idée
9/11 rue de Dinan – 35 000 RENNES
02 99 53 11 70 / 06 68 63 99 72

Nous accompagnons les artistes et les associations culturelles dans leur développement.
Nous menons en France et dans le monde, des aventures créatives.