Contacts

© Olivier Pareau

Julie Pareau


Née à Brest en 1977, elle vit et travaille à Rennes. Formée aux écoles des Beaux-Arts de Brest et Rennes, elle exerce sa pratique dans le cadre du spectacle vivant : musique, et surtout théâtre et danse. Au travers de ces champs d’activités, elle poursuit en particulier une recherche autour de la mise en espace de l’image vidéo. Que ce soit en tant que créatrice, régisseuse ou encore réalisatrice, elle collabore régulièrement avec le collectif Lumières d’Août, le metteur en scène David Bobée ou la chorégraphe Maud Le Pladec.

« Enfant, j’ai toujours dessiné et rempli des cahiers avec les histoires que je me racontais. Mais de là à en faire un choix de vie... ». En filière scientifique, elle imagine faire médecine ou kiné, « et puis, un gars de ma classe m’a parlé des Beaux-Arts et du concours qu’il allait passer pour essayer d’y entrer. Ça a été une révélation : je voulais passer le concours moi ­aussi et je l’ai eu ! ». Cette période, elle en garde de beaux souvenirs, « surtout à Brest : une école où il y avait peu de moyens, mais en contre partie une énergie et une motivation de dingue ». C’est là, « baignée dans la culture des musiques électroniques » au cœur des années quatre-vingt-dix, qu’elle découvre le mix-vidéo.

En parallèle de l’école où elle poursuit son cursus, elle monte avec trois amis le collectif 90° qui deviendra plus tard (n+1). Ils font du mix vidéo sur de gros événements et des concerts. « On créait nos images et on imaginait des scénographies. Il y avait une vraie émulation. On avait une pratique très Do ­It Yourself à base de vieux mélangeurs analogiques et de magnétoscopes VHS ».

Diplôme en poche, pour gagner sa vie, elle est brièvement graphiste freelance, « mais je trouvais ça trop solitaire ». Grâce à l’auteure et metteur en scène Marine Bachelot de la Compagnie Lumière d’Août, elle revient à la vidéo et aux arts de la scène en 2008. Depuis, elle enchaîne les collaborations pour le théâtre et pour la danse et garde un souvenir ému de la création de David Bobée, This is the end, avec les élèves du Centre National des Arts du Cirque, « on tournait avec un chapiteau et dans les derniers cirques en dur en France, mais aussi en Italie ou en Espagne ». Elle dit, « Ce qui me plait dans le spectacle, c’est qu’il n’y a pas d’intermédiaire entre le créateur et le regardant : j’aime le côté direct, le coté « on mouille le maillot » ! On a beau jouer soixante-dix fois un spectacle, c’est jamais la même représentation, j’aime cette fragilité instable et le trac à chaque début de spectacle. »

Mes images

« Tristan’s ascension, l’installation de Bill Viola, qu’on a pu voir l’année dernière au Grand Palais. Une projection monumentale très émouvante. »
« Les dessins d’études de l’artiste belge Wim Delvoye, ils sont fous et j’aime beaucoup l’humour de cet artiste. »
« Les installations du danois Olafur Eliasson que j’aimerai « vivre » en vrai ! »

Mes textes

« Rien dans les poches de Fante : pas John mais Dan, son fils qui, lui aussi, a un immense talent. J’ai lu ce livre d’une traite : c’est âpre, drôle, et touchant. »
« Œuvres d’Édouard Levé. Ce livre est génial, c’est une amie photographe qui me l’a fait découvrir. Et pour cause, l’auteur est lui­ aussi photographe et ce livre est une liste des œuvres dont il a eu l’idée mais qu’il n’a pas réalisées. En plus, j’ai toujours aimé ces « glissements de terrain » d’un domaine à un autre : un photographe qui écrit, un réalisateur qui fait de la photo, je trouve que ça provoque toujours des choses intéressantes. »
« Depuis mes vingt ans, je reviens régulièrement vers Henri Miller ou Raoul Vaneighem, les livres qu’on a lu à vingt ans, ça marque ! »

Mes sons

« Le groupe que je peux écouter en boucle jusqu’à la fin des temps, au grand dam de mes proches, c’est définitivement Thee Oh Sees, n’importe quel album ! »
« Dans les trucs découverts récemment, il y a Thee Maximators ou The Madcaps. »
« Et puis là, je pense aux Residents, je les ai vu en concert, il y a quelques mois au Lieu Unique. »

Découvrir l’univers de Julie ici et


© L'Autre Idée 2017
L'autre Idée
9/11 rue de Dinan – 35 000 RENNES
02 99 53 11 70 / 06 68 63 99 72

Nous accompagnons les artistes et les associations culturelles dans leur développement.
Nous menons en France et dans le monde, des aventures créatives.