Contacts

© Bernard Louédec

L’équipe en Casamance


Les musiciens


© Erwan Le Moigne

Erwan Cornic

Né en 1972 à Hennebont dans le Morbihan, il y reste jusqu’au bac, puis part étudier à Brest et à Rennes. Très jeune, il se passionne pour la musique, collectionnant les disques et décortiquant les morceaux de ses groupes favoris. C’est assez logiquement qu’il se décide à pratiquer, répétant avec des amis dans le garage des parents. Lui, ce sera le batteur. Avec plus de vingt ans de baguettes à son actif, il fait danser ses cymbales, toms, grosse caisse et caisse claire, donnant une impression de puissance mécanique, s’adaptant à tous les styles de musique et évoluant sur tous les rythmes : de quoi trouver une formule musicale conciliant plusieurs cultures...


Témoignage « La Casamance c’est la tradition (« c’est ça, c’est la tradition »), un état d’esprit de fin de guerre, tout dans le muscle (« ça cartonne »), une pauvreté insupportable (« t’as pas 100 francs » comme disent machinalement les mômes à la vue du moindre toubab). Musicalement, pour ce que j’en ai vu, c’est le blocage d’esprit du musicien traditionnel, sauf certains, qui écoutent avant d’apprendre par cœur (cf Sekou), mais dans l’ensemble, la CASAMANCE apprend à rester droite, à ne pas dévier d’un iota sous peine de se faire manger, à apprendre une autre façon de communiquer et donc à s’ouvrir encore un peu plus au monde. »

© Erwan Le Moigne

Thomas Le Corre

Né en 1974 à Brest, il commence la guitare en autodidacte et suit des cours en école de musique à partir de 1994. Après des études de lettres il passe un BEATEP musique (Brevet d’État français d’Animateur Technicien de l’Éducation Populaire) en 1998. Au cours des années quatre-vingt-dix, il sort plusieurs disques en groupe (Djud, Third Pole) ou en solo (Homas). C’est en 1996 que naît Møller Plesset. Riche de trois albums, ce groupe, toujours actif aujourd’hui, tourne régulièrement à travers l’Europe. Il compose par ailleurs des musiques de documentaires : Le veilleur de Céline Dréan, Almanci, entre deux rives d’Emmanuel Piton... Entre 2012 et 2013 il accompagne Didier Wampas en tournée avec les Bikini Machine. Il intègre le Pink Iced Club (orchestre de guitares) d’Olivier Mellano pour sa création How we tried en 2012.


Témoignage « Il y a la pulsation et il y a le rythme. La pulsation donne le rythme, mais sans lui elle n’est qu’un chronomètre. L’instrument, pour la plus grande partie des musiciens rencontrés, n’étant qu’un support pour la voix, il n’était pas surprenant de voir (d’entendre) des notes de la mélodie disparaître, réapparaître, se doubler... Toujours dans les limites de la pulsation, mais sans aucun respect d’une quelconque rythmique. C’est pourquoi je dirais qu’il y a bien un sens de la pulsation dans la musique africaine, mais de là à parler de sens du rythme... »

© Stéfani Gicquiaud

Samuel Michel

Né à Guérande en 1971, il déménage à Quimper à l’adolescence. Après son bac, il entame des études d’italien à Rennes, ville où il réside encore à l’heure actuelle. Ayant, dès le lycée, attrapé le virus de la musique – c’est là qu’il intègre son premier groupe en tant que guitariste – il rejoint rapidement différentes formations à Rennes : Anesthesia, Solen et enfin Terminal Buzz Bomb, groupe cyber punk du milieu des années 90, dont la renommée dépasse les frontières de la région. Lui est en charge des samples. À la fin de l’aventure il monte son projet solo, Slaaam, musique électronique dure et instrumentale qui lui offre un passeport pour jouer aux quatre coins de l’Europe et aux États-Unis. Au début des années 2000, il intègre le groupe rock Bikini Machine, toujours en charge de la partie électronique et se met à l’orgue.


Témoignage « En douze heures, je me suis retrouvé d’une station enneigée suisse à un Dakar plombé de soleil, d’un téléphérique à une 505 break surchargée traversant la Gambie, passant d’une foule d’indifférents et anonymes à un village casaçais où tout le monde se connait et s’entraide... Devinez ce que j’ai préféré. »

© Erwan Le Moigne

Mathias Prime

Habite à Rennes, ville où il a grandi et où il est né à la fin de l’année 1972. Issu d’une lignée de métiers de bouche, il quitte l’école après le collège pour suivre le chemin familial et devenir cuisinier. Passionné de musique, il achète un synthétiseur avec sa première paie gagnée à quinze ans grâce à un job d’été et reçoit juste après une guitare électrique pour noël. Il apprend en autodidacte et monte ses premiers groupes. Avec l’un d’entre eux, See Saw Motion, il crée l’association Space Patrol au milieu des années 90 pour organiser des concerts. Il intègre peu après le collectif musical rennais Aïwa et part sur les routes de France et de Navarre. Il rejoint le Jardin Moderne à Rennes en 2001, d’abord en qualité de cuisinier puis en tant que régisseur. Il sort son premier album solo sous le nom de Saïtam en 2010.


Témoignage « Cinq semaines d’Afrique, c’est d’abord une grosse beigne dans la face, autres cultures, autres paysages et autres regards sur ce monde. Sortir de son nombril est forcément une expérience très enrichissante. »

Les plasticiens

© DR

Mich Mao

Né en 1959 à Langolen dans le Finistère sud, Mich Mao est plasticien autodidacte, sculpteur et voyageur, utilisant autant le bois, le métal, que des matériaux de récupération. Après différentes expériences professionnelles (Marine Marchande, bûcheron, traiteur cuisinier pour les grands événements culturels... ) et des voyages (Europe, Afrique de l’Ouest, Inde…), il se consacre pleinement à la sculpture depuis 2000. Il expose désormais dans de nombreuses galeries et événements artistiques, développant des temps de recherche et de création en résidence dans un esprit de rencontre avec des publics, des territoires, des cultures.


Témoignage « J’ai enfilé des tricots de boîtes de conserve, malaxé la matière pour me retrouver nu. Odeurs d’images, de charniers rutilants le long du fleuve Casamance l’âne souriant de l’aurore qui explose, corrosion entre terre et ciel le tout dans la poussière qui fixe l’image AFRIQUE. Ce petit rien, cette photo est nichée au creux de mon cœur. Nos déambulations, nos matinées brumeuses où nous pensions trouver la paix en regardant la brousse s’offrir à nous. »

Fred Sorgniard

Est né en 1972 à Dinan et vit à Rennes aujourd’hui. Musicien, il est notamment le batteur du groupe Møller Plesset. Mais c’est aussi un réparateur et un concepteur, véritable artisan d’art du XXIème siècle. L’esprit de débrouille et les mains habiles, cet arrangeur de matière apporte son sens de l’esthétique aux aspects pratiques dans la fabrication d’objets à « vocation culturelle ».


Témoignage « Manger de la poussière, fondre au soleil, rire (autrement), travailler autrement. Réapprendre à marcher, changer de Temps et puis se prendre au jeu. »

Les vidéastes

© Olivier Pareau

Julie Pareau

Née à Brest en 1977, elle vit et travaille à Rennes. Formée aux écoles des Beaux-Arts de Brest et Rennes, elle exerce sa pratique dans le cadre du spectacle vivant : musique, et surtout théâtre et danse. Au travers de ces champs d’activités, elle poursuit en particulier une recherche autour de la mise en espace de l’image vidéo. Que ce soit en tant que créatrice, régisseuse ou encore réalisatrice, elle collabore régulièrement avec le collectif Lumières d’Août, le metteur en scène David Bobée ou la chorégraphe Maud Le Pladec.


Témoignage « « Le jour-le-jour et l’éternité, c’est la même chose » Vaneigem. Cela pourrait résumer un peu ce petit bout d’Afrique que nous avons rencontré. Tout un contexte qui fait que la vie là-bas a une autre signification. Beaucoup d’humanité parmi des images quotidiennement dures ; force et fragilité à la fois, dans le regard des gens, dans les paysages. Et les images restent, continuent à faire leur travail, nous rappellent des sensations de là-bas, où, peut-être plus qu’ailleurs, la vie, les relations humaines reprennent leur dimension. »

© D.R.

Olivier Pareau

Est né à Brest en 1983. Cette ville où il réside encore aujourd’hui est l’un de ses terrains de jeu favori. Il s’applique à la contempler pour mieux fixer tous ses visages et la raconter. Diplômé des Beaux-Arts, ce passionné de cinéma exerce dans un premier temps en tant qu’opérateur projectionniste. Il travaille ensuite quelques années au sein d’un laboratoire photo, puis est amené à pratiquer la photographie de studio en collaborant auprès d’un photographe culinaire. Il exerce depuis bientôt deux ans sous le statut d’auteur, et réalise principalement du reportage corporate, tout en menant un travail plus personnel.


Témoignage « Un mois de l’autre côté du « village ». Au rythme du voyage, ne plus savoir sur quel pied danser. Remettre en cause ses certitudes et les idées reçues, c’est ce que l’on a vécu là-bas. En espérant que notre travail réussira au moins à retransmettre cela. »

Les illustrateurs

© Gilles Kerdreux

Sébastien Lumineau

Né en 1975 à Argenteuil, il arrive à Rennes pour intégrer la fac d’Arts Plastiques. Il monte rapidement l’association Les Taupes de l’Espace avec son ami Fabrice Veronneau et s’investit dans l’édition et la conception des maquettes du Journal de Judith et Marinette. Il s’inscrira ensuite dans des projets collectifs avec notamment la réalisation d’un livre de bandes dessinées issu d’ateliers à la maison de quartier de Villejean (Rennes) et dans des projets locaux en tant que co-organisateur des festivals Rouge-Corne et Périscopages. Il a publié des bandes dessinées aux éditions Cornélius, les Requins Marteaux, mais aussi Delcourt, Dargaud et Flammarion.


Témoignage « À part dire que je ne sais pas trop quoi dire, je ne sais pas trop quoi dire : j’ai pu beaucoup dessiner, un peu chanter, et finalement, je préfère dessiner (ou du moins, je suppose que les autres préfèrent me voir dessiner). »

© Gilles Kerdreux

Jacques Mahé

Dit « Naz », Jacques est né en 1975 à Saint Nazaire. Il s’installe à Rennes après son bac pour y faire des études d’arts plastiques et y pratique depuis la bande dessinée. Dérision, engagement et conviction sont les traits qui peuvent dépeindre son approche de la bande dessinée. Son travail se porte sur des thématiques d’actualité ainsi que sur des problématiques liées à des sujets de société.


Témoignage « Je vais faire une réponse de star de cinéma qui affirme que tout le monde a été formidable. Mais ça s’est réellement passé idéalement entre les dix-huit personnes de cette expédition culturelle. Le casting idéal ? »

© Erwan Le Moigne

Nylso

Est né à Rennes en 1964 et a grandi dans la commune de Mordelles, à une dizaine de kilomètres de là. Il commence par faire du dessin industriel, mais s’inscrit finalement en fac de physique chimie sciences de la terre. À l’issue de ses études, il trouve un travail de chimiste dans un laboratoire. Au bout de quatre ans, il prend une année sabbatique pour se consacrer au dessin. Il est publié un an plus tard et ne remettra plus jamais sa blouse blanche. Jean Masson, son vrai nom, est aujourd’hui un auteur remarqué, comme en témoigne sa présence dans l’ouvrage 100 cases de maîtres, aux côtés de Mœbius, Hugo Pratt ou Robert Crumb. En complément de ses publications, il réalise des concerts dessinés, des expositions, des interventions pédagogiques et est adepte des résidences aux quatre coins du monde.


Témoignage « Deuxième séjour en Afrique et la sensation plaisante d’être à la hauteur des circonstances. Se lever tôt, choisir un lieu et laisser venir la spontanéité immédiate. Dessiner jusqu’à midi ou plus. Un dessin par jour : le bonheur d’être dessinateur. »

Les rédacteurs

© Erwan Le Moigne

Gilles Kerdreux

Est né à Dakar au Sénégal dans les derniers instants de l’année 1962. Il rentre en France quelques jours plus tard, le père est marin et la famille le suit. Brest, Dunkerque, puis Saint-Brieuc. C’est là qu’il passe son bac et fait ses premiers pas dans le théâtre et dans l’organisation de festivals. Après avoir un temps imaginé suivre des études de médecine, il part à Rennes pour rejoindre l’université et une fac d’histoire. Il devient ensuite journaliste. Pour le Télégramme de Brest au début des années 1980, puis ce sera Radio France, le journal municipal de Saint-Brieuc et d’autres médias. C’est en 1991 qu’il est embauché définitivement à Ouest-France. À Nantes, Saint-Brieuc et enfin Rennes. Aujourd’hui il travaille pour les dernières pages reportage, culture, médias du premier quotidien de France.


Témoignage « Un matin clair à Rennes, je viens de rentrer. Mais où sont passés les Noirs ? Où sont cachés les enfants ? Pourquoi tout le monde court partout ? L’Afrique mettra du temps à s’estomper. C’est quand le prochain départ ? »

© Bernard Louédec

Hélène Le Corre

Née à la fin de l’année 1971 à Brest, elle grandit au bord de la mer, entre la France et l’Afrique au gré des affectations de son père marin. Après son bac elle hésite un peu et commence par un deug de langues étrangères appliquées. Elle s’inscrit ensuite à l’IUP information communication qui vient de se créer à l’université de Rennes 2 en choisissant l’option écriture. Passionnée de musique, elle joue dans des groupes de rock indé assez énervés et intègre l’association K-Fuel qui valorise ce type de musiques à travers l’organisation de concerts. Elle pratique par ailleurs la gravure sur bois et linoléum. À l’issue de ses études elle travaille comme iconographe pour des magazines et des agences photos à Paris, puis elle revient à Rennes et devient coordinatrice événements et communication au Jardin Moderne. Aujourd’hui elle pige pour divers magazines, elle continue la musique et la gravure sous le nom de Mistress Bomb H et organise toujours des concerts avec K-Fuel.


Témoignage « Je garde cette cicatrice, ancrée. Afrique, mon Afrique, treize ans que je n’avais pas foulé ton sol rouge, respiré ton air brûlant. Tu devais me blesser pour que je te garde en moi. Et chaque soir, j’applique du beurre de karité parfumé aux fleurs acheté à Goré, chez Marat. Lentement, j’opère ma révolution. »

Bernard Louédec

Né en 1955 à Quimper, ce professeur des écoles a passé plus de dix ans à parcourir le monde. Parti dès 1975 en tant qu’assistant de français dans un collège à Londres puis en lycée à Ottawa au Canada, il enchaîne par la suite années de disponibilité et enseignement, ce qui lui permet de parcourir le Mexique, le Guatemala, les États-Unis, la Colombie, le Brésil, la Côte-d’Ivoire et l’Inde.


Témoignage « Une idée... L’idée de L’Autre Idée... Nantes, Dakar, Ziguinchor... Une aventure, des aventuriers... Abéné, Kafountine, Baobabs, fromagers, manguiers, Poulet bicyclette, bisap, Gazelle, Malang le pêcheur-charpentier, Laye au Bougarabou, Le taxi de Caramou, Brousse, mer, palétuviers, Bois de veine, teck, Boubous bigarrés, Balafons, guitares, djembés... Top diabang ! Une autre idée ? Merci Isa et Nico. »

Les accompagnateurs

JPEG - 47.3 ko
Rozenn Lebastard

Témoignage « Abéné, un village sans électricité, qu’importe ! Simple détail technique demandant un peu d’organisation. Quand des talents bretons et casaçais se rencontrent, ça fait des étincelles, dignes du plus beau spectacle de pyrotechnie. Le métissage culturel ? Eblouissant ! »

JPEG - 95.5 ko
Teddy Jamois

Témoignage « Ma première expérience d’action culturelle à l’étranger, en réalité mon premier voyage. »

Les conseillers artistiques

© Erwan Le Moigne

Erwan Le Moigne

Est né à Brest en 1969 et a grandi au Pouldu, petit port du Finistère en lisière du Morbihan. Après les Beaux-Arts de Nantes et une spécialisation en rough et graphisme aux CREAR à Paris, il travaille dans la publicité et dans la presse de 1991 à 1999. Graphiste, directeur artistique et illustrateur, il manie la palette graphique, le crayon à dessin ou l’appareil photographique avec la même envie et ses idées savent se libérer du poids des références comme des effets de mode. Ses terrains de jeu professionnels sont les affiches, les flyers, l’édition, l’illustration, l’animation, l’infographie web pour de petites associations comme pour de grands événements (Transmusicales, TNB, Étonnants voyageurs…). Il est également musicien au sein de projets personnels (Major Dolby) ou collaboratifs (avec Olivier Mellano) et réalise des Petites œuvres multimédia.


© Bernard Louédec

Jérôme Saliou

Né en 1970 à Quimperlé, il arrive à Rennes après son bac et s’inscrit en lettres modernes option russe. Parallèlement à ses études il travaille à la bibliothèque universitaire section lettres, ce qui lui permet d’assouvir sa soif de littérature. Après son DEA, il part à Paris et devient libraire à Extrapole, l’une des premières grandes surfaces culturelles en France. Il rentre à Rennes en 1999 et ne tarde pas à y ouvrir sa propre librairie, Alphagraph, spécialisée dans le graphisme, la bande dessinée et la littérature « choisie ». Il s’investit pendant neuf ans dans l’association Périscopages qui valorise la bande dessinée d’auteurs. Conseiller littéraire, il apporte sa connaissance du monde du livre, de l’édition à la distribution, et a joué un rôle de conseiller au niveau de l’ouvrage Les aventuriers de L’Autre Idée en Casamance . Il s’inscrit dans une démarche de soutien de la création dite « alternative » et a participé aux émissions de radio L’Art et La Manière à travers des chroniques intitulées Artiste, c’est pas un métier, de quoi vis-tu ?


Les coordinateurs

© Erwan Le Moigne

Nicolas Fily

Nicolas Fily intervient en tant que consultant dans le cadre des missions d’accompagnement de projet et d’animation confiées à L’Autre Idée. Il est également chargé des productions artistiques et des résidences de L’Autre Idée.


JPEG - 152.3 ko
Isabelle Borreau

Témoignage « J’ai réalisé deux voyages préparatoires, avec des images et des attentes plein la tête. Il n’y a pas eu de troisième voyage ... LE voyage, l’Aventure... J’ai laissé toute l’équipe s’envoler à son tour vers la Casamance, le cœur gros... sur l’instant... car les Casaçais avaient raison, ce fut un garçon ! J’ai vu l’aventure se concrétiser sous mes yeux, de près, de loin. D’autres images ont remplacé les miennes, et l’attente à laissé place à la surprise. On ne peut pas savoir à l’avance ce qui va ressortir d’un tel travail et ce qui me frappe le plus, c’est toute l’énergie humaine qui s’est développée autour du projet, sans même que ces gens aient une quelconque certitude quant à l’issue du projet ! C’est bien tout ça, l’aventure ; l’esprit de L’Autre Idée est bien là ! »

Portfolio


© L'Autre Idée 2017
L'autre Idée
9/11 rue de Dinan – 35 000 RENNES
02 99 53 11 70 / 06 68 63 99 72

Nous accompagnons les artistes et les associations culturelles dans leur développement.
Nous menons en France et dans le monde, des aventures créatives.